26/05/2012

J-141. Combien de voix pour être élu? (suite)

Nous avons vu comment les suffrages des électeurs étaient transformés en sièges attribués à chaque liste.  Reste maintenant à voir dans chaque liste quels vont être les heureux élus.

Pour ce faire, le législateur a inventé 2 règles, le vote de préférence et le vote de liste (souvent appelé vote en case de tête).  La vie aurait été beaucoup plus simple s'il n'en avait inventé qu'une seule, celle qu'il voulait.  Mais voilà, il faudra bien faire avec les deux.  En plus, le législateur, toujours lui, a associé au vote de liste un mot barbare: l'effet dévolutif.  On va essayer de décortiquer tout ça.

Il faut aussi insister sur le fait que, sur une seule et même liste, l'électeur peut voter pour autant de personnes qu'il le souhaite.  Cela ne fait évidemment qu'une seule voix pour la liste mais chaque candidat pointé reçoit une voix de préférence  Il est important de préciser ceci: que l'électeur ait pointé une seule personne ou 5 ou 10 ou 20, le vote de préférence a la même valeur pour chaque personne sélectionnée.

Cas théorique: s'il n'y a aucun vote de liste, les élus seront simplement ceux qui auront obtenu le plus de vote de préférence.

Autre cas tout aussi théorique: si tous les électeurs d'une liste émettent un vote de liste, les élus seront désignés dans le respect de l'ordre de la liste.

Mais en pratique, on a toujours les 2 types de bulletin.  Alors, c'est ici que cela se complique.  Tenez vous bien!  Vous pouvez aussi passer tout ce qui suit en couleur brune et en venir directement au paragraphe "En réalité c'est quoi?".

En vis-à-vis des règles, je montre en exemple le calcul effectué sur la liste "Ensemble" en 2006.  Le résultat de cette liste s'établissait comme suit:

Bulletins avec vote de préférence:        3.905

Bulletins de liste:                                  1.059

Votes reçus (total des 2)                       4.964

D. Léonard

1.553

F. Kunsch

755

M Collard

713

J George

1.410

Etc.…

 

 

Sièges obtenus par la liste Ensemble: 11

 

Règle

Exemple

1

On multiplie le nombre de votes de liste par le nombre de sièges reçus et on divise ça par 2.  Le nombre ainsi obtenu, nous l'appellerons

le pot.

Pot d'Ensemble:

(1.059 X 11) : 2 = 5.824,5

 

2

On multiplie le nombre total de votes par le nombre de sièges reçus et on divise ce nombre par le nombre de sièges reçus plus 1.  Le nombre ainsi obtenu est appelé

le chiffre d'éligibilité.

Allez savoir pourquoi!

Chiffre d'éligibilité de Ensemble

(4.964 X 11) : 12 = 4.550,33

On prélève dans le pot ce qu'il manque au premier de la liste pour atteindre le chiffre d'éligibilité.

Manque à D. Léonard: 4.550 – 1.553 = 2.997

Le pot est suffisant, on les prélève dans le pot.

Reste dans le pot: 5.824 – 2.997 = 2.827

On les garde pour le suivant.

On prélève dans le reste du pot ce qu'il manque (ou le solde) pour atteindre le chiffre d'éligibilité.

Manque à F. Kunsch: 4.550 – 755 = 3.795.

On continue jusqu'à épuisement du pot.

Le solde du pot est ajouté aux voix de préférence de la personne concernée.

Il n'y a plus assez pour atteindre le chiffre d'éligibilité.  On prend le reste.

Ce reste est ajouté aux voix de préférence de F Kunsch.  Elle atteint ainsi 755 + 2.827 = 3.582.

A partir de là, seules les voix de préférence comptent, étant entendu qu'il y a un bénéficiaire du solde du pot.

Il n'y a qu'un seul élu par effet de dévolution: D Léonard.  Les 10 autres sont élus en regard du classement de leurs voix de préférences.  Sachant qu'elles sont majorées en ce qui concerne F Kunsch.  Ca donne ceci:

F Kunsch 3.582 (2ème de la liste)

J George 1.410 (4ème sur la liste)

P Charpentier 832 (8ème sur la liste)

M Collard 713 (3ème sur la liste)

J Boxus 621 (9ème sur la liste)

Etc…..

"En réalité c'est quoi?".

1° Contrairement à beaucoup d'idées reçues, le vote de liste n'avantage que très peu de candidats.  Dans notre exemple, c'est 2 sur les 11 élus.

En 2006, les votes de liste ont servi les 2 premiers de PS et Ensemble et un seul au MR.

2° Conséquence du 1°.  Les 2 premières places étant les seules avantagées (je ne parle que de Huy), la position dans les autres places de la liste ne peut servir qu'à la visibilité ou éventuellement à l'importance que pourraient lui donner certains électeurs.

3° Conséquence de la conséquence: Tirer une liste en vue, c'est être élu à coup sûr.  Pousser une liste, c'est seulement bénéficier de la visibilité.

4° Le vote de préférence est extrêmement important puisque c'est lui qui finalement désigne la majorité des élus.
Le conseil généralement donné mais partiellement suivi est de voter pour plusieurs candidats d'une liste.  Même vous, candidat qui allez voter pour vous-même (quand-même!) faites plaisir à vos colistiers, votez pour quelques-uns.
Il faut être courageux pour accepter de figurer dans le ventre mou d'une liste, avec une chance infime d'être élu.  Il faut récompenser ce courage par un vote de préférence.

5° Quand 2 partis font coalition et liste commune, on constate souvent des votes dits "par ticket" c'est-à-dire qui donnent la préférence aux candidats issus d'un des partis de la coalition.  Si les électeurs d'un seul des 2 partis pratiquent intensément ce vote par ticket et pas les électeurs de l'autre parti, la conséquence sera que les élus seront bien plus nombreux au sein du premier parti sans avoir pour autant amené plus d'électeurs.

Ouf!  Ce n'était pas facile de faire le ménage dans tous ces règlements.  J'espère avoir été clair.  Si tel n'était pas le cas, n'hésitez pas à ajouter vos remarques et questions ou même à m'adresser un courriel.

12:03 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.