16/06/2012

J-120. Billet d'humeur.

Sur le point "contrat Corso – Pizza Hut", le dernier Conseil Communal a, du moins dans le chef de certains, totalement dérapé.  Comme Catherine Duchateau le précise bien dans les colonnes de L'Avenir, le Conseil avait à se prononcer sur des points légaux purement techniques, la ville étant propriétaire du terrain mais non de l'immeuble.  La ville n'a aucun droit sur le choix de l'investisseur, ni même un quelconque avis à donner
sur celui-ci.

Pourtant, certains conseillers ont contesté le choix et même critiqué le nouveau venu tant sur la qualité de ses produits que sur le genre d'entreprise que représente Pizza Hut.  Le Collège a néanmoins patiemment répondu alors qu'il aurait pu en quelques mots mettre fin à un débat ridicule dans l'enceinte du Conseil Communal.

Où va-t-on si en séance publique nos édiles se mettent à critiquer les commerçants et les produits qu'ils vendent?

Grande enseigne ou petit commerçant, produit de luxe ou produit "low cost", un commerce est une libre entreprise, qui plus est pourvoyeuse d'emploi, et le pouvoir politique n'y a pas voix au chapitre.

09:56 |  Facebook |

Commentaires

Politique et économie sont étroitement liées !

On le voit bien là !

Écrit par : think tanks | 29/07/2013

Les commentaires sont fermés.