03/07/2012

J-103. Une nouvelle affaire des tracts?

Après l’affaire des tracts électoraux, toujours en attente de procédure judiciaire, le PP nous prépare-t-il un autre dossier?  Voyez la Meuse de ce mardi.

En fait, mis à part le mot « tract », cette affaire n’a aucun point commun avec celle qui défraye les chroniques depuis longtemps.  Alors, de quoi s’agit-il?

Le PP qui prépare sa campagne communale édite un tract qu’il souhaite non seulement déposer dans nos boites aux lettres mais aussi distribuer sur la voie publique, au marché hebdomadaire par exemple.  Pour cette distribution, le PP sollicite officiellement l’autorisation de l’administration communale qui la refuse.

Sur ce, Monsieur Chansay-Wilmotte déclare au journaliste qu’il a ignoré l’interdiction, distribué 12 000 tracts et défié le bourgmestre de lui intenter un procès.

Le journaliste rapporte aussi que, selon le bourgmestre, le Conseil Communal aurait la semaine dernière pris une ordonnance interdisant la distribution de tracts électoraux sur la voie publique avant la période électorale (14 juillet).  Je pense que le journaliste, très approximatif, confond Conseil et Collège.  Mais là n’est pas la question importante.

En fait, dans cette affaire, je ne comprends l’attitude de personne.

Je ne comprends pas celle du bourgmestre qui aurait pu refuser en invoquant simplement l’article 4 du règlement de police communal : « Il est défendu à quiconque exerce une activité sur la voie publique, s'adressant à ceux qui y circulent, notamment aux chanteurs ambulants, aux colporteurs, aux distributeurs, à titre onéreux ou gratuit, de journaux, revues, tracts et écrits quelconques d'exercer leur activité sans autorisation écrite du Bourgmestre. »

Au lieu de cela, il évoque une circulaire attendue du gouverneur qui n’a rien à voir là-dedans, il évoque les souillures des trottoirs et encore d’autres arguments peu convaincants.

Je ne comprends pas davantage la requête de Monsieur Chansay-Wilmotte.  De tout temps, j’ai vu distribuer des tracts électoraux sans autorisation préalable.  Et quand on craint d’essuyer le refus d’autorisation, la meilleure chose à faire est de ne pas la demander.

 

J’ai lu ce tract.  Il était dans ma boite aux lettres voici près d’un mois.  Il n’était pas plus agressif que n’importe quel tract d’un parti d’opposition.  Je constate seulement que le PP fait une campagne beaucoup plus axée sur le national que sur le communal.  En cela, je crois qu’il se trompe de message.

Par contre, ce qui me dérange dans ce tract, c’est le texte concernant les consultations populaires que le PP voudrait voir organisées à tout propos, évoquant au passage celle des Récollets.  Voyez à ce sujet le billet J-116 .

Propos non engagés et objectifs.

22:53 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.