16/11/2012

Semaine 12/46

Mardi: Les parkings

Assez bizarrement, le président des commerçants communique à la presse sa "petite idée" pour résoudre l'éternel problème du parking.  J'ai écrit "assez bizarrement" parce qu'il aurait pu sortir cette idée pendant la campagne électorale, voire s'il représentait un véritable groupe de pression, la faire inscrire dans le programme des partis.  Or cette idée d'instaurer une zone rouge (durée de stationnement réduite par rapport à la zone bleue) au centre ville ne figure dans aucun programme électoral.  Cette idée mérite au moins qu'elle soit analysée sur sa faisabilité et son efficacité.  Mais pourquoi ne pas d'abord en revenir aux programmes électoraux:

Le PS et Idhuy proposaient d'ajouter des parkings de délestage (en nombre important) aux différentes entrées de la ville et d'y associer divers moyens de rejoindre le centre.  Initiative quasiment indispensable mais qui demandera plusieurs années voire plusieurs législatures.  Nous y serons attentifs.

Mais à brève échéance, on peut déjà mettre en chantier une initiative qui était proposée par tous les partis: instaurer une meilleure signalisation des parkings existants par des panneaux qui à terme pourraient devenir interactifs et par une rubrique dédiée sur le site internet communal.  Il y a, dit-on, à moins de 10 minutes du centre beaucoup de places méconnues et disponibles.

Enfin, ne suffirait-il pas tout simplement de sanctionner en tolérance zéro les infractions "zone bleue".  Cela éloignerait illico du centre toutes les voitures ventouses des riverains, des employés, des fonctionnaires, des enseignants et surtout des commerçants qui se plaignent du manque de place pour leurs clients.

Jeudi: Dubuffet – Lizin: 1 set à rien.

Mais dans tous les cas, la presse est gagnante.  A chaque nouvel épisode, si petit soit-il, les journalistes ressortent un résumé de tout le dossier.  Seraient-ils à ce point en mal copie?

Toujours est-il que Madame Lizin se complaît à rallonger le brouet procédural.  Son pourvoi en cassation a dit l'avocat général et a répété la Cour n'était même pas recevable. Dans l'état actuel, mieux que la presse, son avocat gagne à chaque coup.

 Vendredi: Ce n'est pas parce qu'on n'a rien à raconter qu'il faut se taire.

C'est un peu la devise de Idhuy qui rassemble la presse pour redire quelles sont les attributions de ses échevins.  Ils ajoutent bien que "on va voir ce qu'on va voir!" dans les années qui viennent.  Ca n'engage pas à grand-chose.

En attendant, ils ont laissé tomber une de leurs meilleures idées: l'échevinat de la sécurité routière.

Pour compléter le tableau, ils affirment que les conseillers CPAS sont élus.  Ce qui est erroné puisque c'est le nouveau conseil communal, pas encore installé qui doit procéder à leur élection.  Il est possible aussi que la journaliste,  pas très au courant,  ait fait un raccourci un peu téméraire.

Samedi très tôt: Erratum

Après lecture de La Meuse, je dois à l'objectivité d'ajouter que effectivement c 'est la journaliste de l'Avenir qui a fait un raccourci et  qu'il n'y a pas lieu de contester les déclarations de Idhuy.

14:56 |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.