25/01/2013

Semaine 13/04

Ciao Angelo!  Avec émotion, j'ai effacé ton adresse dans la mailing liste.  Mais ton souvenir restera longtemps dans ma mémoire, le souvenir surtout de notre collaboration au sein de l'Agence locale pour l'emploi.  Repose en paix, Président.

********************************

Le sexe des anges.

Alors que Constantinople était à feu et à sang, les théologiens du concile de Nicée discutaient à perte de vue pour établir si les anges étaient des filles ou des garçons.  C'est l'origine de cette expression qui désigne des discussions oiseuses dans une situation difficile.

Durant la première demi-heure du Conseil de ce mardi, nous avons eu droit à une interminable discussion pour décider si les commissions communales comporteraient 5, 6 ou 7 membres.  Quand on sait que tous les conseillers sont de toute façon invités à toutes les commissions et que ce qui distingue les membres c'est le droit d'y voter (en 6 ans, je n'ai pas vécu un seul vote en commission) mais aussi de recevoir un jeton de présence, il y a de quoi se poser des questions.

Un nouveau cru prometteur.

J'ai été impressionné par la qualité des interventions, questions et même propositions des nouveaux conseillers.  Pour autant qu'ils poursuivent dans cette voie, les 8 nouveaux de l'opposition méritent largement leur siège.  Dans une moindre mesure, mais dans la majorité, c'est plus délicat, les 2 nouveaux MR sont également présents dans les débats.  Par contre, les conseillers PS, anciens comme nouveaux se confinent dans un silence désolant.  Il faudra se secouer un peu les gars!

Persiste et signe.

Contrairement à ses colistiers, Madame Lizin s'obstine à jouer l'élément perturbateur et à s'isoler de plus en plus au sein du Conseil.  Pourquoi aussi n'a-t-elle pas prononcé quelques mots sur Angelo qui a quand même été dans son sillage pendant plus de 20 ans?

A force d'entendre ses interventions agressives et stériles, je la désignerais non pas de "ploumtion so l'agayon" comme l'a qualifiée le bourgmestre mais d'une de ses appellations favorites: "vantrin sin cawete".

La sécurité bien présente.

Bien qu'absente de l'ordre du jour déposé par le collège, la sécurité, tant publique que routière, était bien au centre des questions déposées par les conseillers.  Je retiendrai surtout celle de Bernadette Mathieu concernant les agressions contre les commerces.  Elle met en évidence que les désordres nocturnes dans les cafés du centre-ville ne sont qu'une des facettes, et pas la principale, de l'insécurité à Huy.  Dans sa réponse, le bourgmestre est loin d'avoir été convainquant. Je constate que ni lui ni la conseillère qui l'interpelait ni les journalistes qui rapportaient la question n'ont évoqué le futur (et trop tardif) débat sur la sécurité.

Nous sommes toujours en affaires courantes.

Sans déclaration de politique générale (annoncée pour février) et sans budget (annoncé au mieux pour mars), il est impossible de débattre de points importants.  J'y ajouterais même sans les conclusions de la table ronde sécurité.  Quels que soient les motifs invoqués pour ces retards, ce n'est pas acceptable.  La majorité s'est constituée le soir des élections, le 14 octobre.  Après plus de 3 mois, on pouvait quand-même espérer mieux.

09:51 |  Facebook |

17/01/2013

Semaine 13/03

Billet d'humeur.

Mauvaise humeur sur toute la ligne cette semaine!  D'abord à la lecture de l'ordre du jour du Conseil Communal de mardi prochain (http://www.huy.be/hors-menus/fichier/ordres-du-jour-du-conseil-communal/2013/22-01-2013.pdf):

C'est un programme d'une banalité affligeante qui attend nos élus, programme qui se distingue surtout par ce qu'il ne contient pas: pas encore de déclaration de politique générale, pas encore de budget et surtout rien sur la problématique de la sécurité en ville.  Et justement, parlons-en de ce dossier.  Parce que c'est là la véritable raison de mon irritation.

D'abord, la fameuse table ronde, promise depuis novembre 2012 vu les débordements qu'on a subis durant ce mois, est reportée à mars.

Pourtant l'insécurité continue de régner sur la Grand-Place et son proche voisinage où on continue à déplorer chaque week-end bagarres, blessés et vitres brisées.   La police ne suffit plus et les cafetiers doivent faire appel à des privés pour garantir tant bien que mal la sécurité de leurs établissements.

Le commissaire responsable des interventions est interrogé par La Meuse:

"Le vendredi après-midi, il n'y a plus de problèmes.  Les nuits, il arrive que ça dégénère.  Mais on peut nous appeler et les cafetiers peuvent toujours faire appel à des gardiennages privés".

Bref! Ça ne va pas si mal!  Ces propos sont ahurissants mis en parallèle avec ceux des cafetiers sur la même page du journal.  Ce n'est pas un bras d'honneur mais ça n'en est pas loin.  Il faut comprendre le brave commissaire.  Tant qu'il n'y aura pas de décision politique, il ne pourra faire mieux.  Alors, voyons ce qu'en dit le politique.  Il était sondé par l'Avenir hier.

A en croire le chef de file Ecolo, tout est prêt pour préparer et finaliser des décisions, il n'y manque qu'un calendrier.  Voici ce qu'il déclare:

"La commission sécurité s’est réunie. Nous étions rapidement tombés d’accord sur les principes de base d’un projet large et ambitieux, jetant les bases de l’organisation de cette fameuse table ronde. Il s’agissait d’organiser idéalement avant fin février un conseil communal public rigoureusement cadré en cinq phases. Avec l’introduction par le bourgmestre; avec des exposés du service prévention, de la police, du monde judiciaire ; avec des interventions de groupes de personnes bien ciblés ; avec des questions de citoyens avant une conclusion.  Ces points devaient ensuite être discutés en collège avant une deuxième réunion de finalisation"

Tout cela est très bien pour autant que cette réunion de finalisation arrête des décisions concrètes et décide de dégager les moyens adéquats.

Mais tout ça, c'est la voix de l'opposition.  Le collège, par la voix de Joseph George, déclare:

"Ce groupe qui a travaillé sur la future table ronde n’était pas officiel, et en aucun cas pas une commission. Cela viendra en commission lorsqu’elle sera lancée."

Officiel ou pas officiel, quelle est l'importance?  Pourquoi lambiner si tous étaient d'accord sur l'organisation et l'agenda?

Les explications du collège ne sont pas recevables!  Attend-on de nouveaux incidents graves?  Si rien ne change, il y en aura encore!

14:50 |  Facebook |

11/01/2013

Semaine 13/02

Encore et toujours les ronds-points de Ben-Ahin.

L'Avenir y consacrait une page  mercredi et La Meuse remet ça ce matin.  Chacun y va toujours de ses (petites ou grandes) solutions, souvent contradictoires.  Il est vrai que la période des fêtes a vu le phénomène encore amplifié.  Les automobilistes, les chauffeurs du TEC, les commerçants, les riverains, tout le monde en a ras le bol.  Mon rôle n'est pas de proposer des solutions.  Par contre, je souhaite une bonne fois faire le point de la situation.

1.    Contrairement à ce que semble croire la journaliste de l'Avenir, l'échevin en charge n'est plus Joseph George mais le bourgmestre, (http://www.huy.be/hors-menus/ma-commune/administration/college/college). Une  compétence partagée déclare le site de la ville.  Avec qui? Avec quoi?  Pourquoi ce changement?  Tout cela n'est pas clair!

2.    Les responsables de la police déclarent très justement que la présence de policiers sur le site comme c'était le cas fin d'année ne règle rien et qu'ils ont autre chose à faire.  Ils savaient d'avance que c'était inutile.  Alors pourquoi avoir perdu son temps?

3.    Très en retard sur l'échéancier initialement annoncé, le département AGORA de la région Wallonne, chargé d'une étude sur la mobilité dans Huy et les communes voisines doit remettre son rapport définitif qui contiendra des propositions sur le sujet qui nous préoccupe.  Interrogé par l'Avenir, l'échevin George n'y fait même pas référence alors que c'est lui qui l'a commandité.  Pourtant, dans son premier rapport, AGORA réalise une analyse fouillée du problème et avance déjà des éléments de solution.  C'est loin d'être la panacée mais quand même.  Voici d'ailleurs les pages du rapport consacrées à ce dossier. http://static.skynetblogs.be/list/184228/extraits-site-ville-de-huy/4122792570.pdf

4.   La ville semble malheureusement adopter une attitude très passive en renvoyant le problème vers les promoteurs du Shopping Mosan qui n'auraient pas respecté le cahier des charges (trop de logements).  Qu'est-ce que ça change?  Ce n'est quand même pas les quelques habitants en trop qui saturent la circulation.  Les promoteurs ont mis en œuvre une étude.  Mais quelles qu'en soient les conclusions, cette piste s'arrêtera là.

C'est donc bien du côté AGORA que pourraient venir des ébauches de solutions.  Mais les solutions vraiment efficaces, si elles existent, se heurteront à 2 gros écueils: le financement et le MET car, ne l'oublions pas les voies d'accès, tant la RN90 que la RN 64 relèvent de ce département de la Région Wallonne.  En outre, le cas échéant, elles mettront longtemps avant d'être opérationnelles.

C'est quand-même un fameux merdier que nous a légué Madame Lizin!!

En attendant, on pourrait mettre en œuvre quelques solutions déjà proposées par la première phase de l'étude AGORA (voir § 8.4.4 du document).  En voici la substance:

·       Elargir la voirie d’accès au RP1 en dédoublant celle-ci au-delà de la station essence sur deux voies.

·       Ajouter une insertion en direction de Huy depuis le parking du shopping mosan sur la chaussée du RP1 vers le RP2, de manière à ne plus diriger vers le giratoire 1 que le trafic qui doit y circuler.

·       Étudier et mettre en œuvre après simulation informatiques des solutions de type "turbo-giratoire"(?) qui spécialisent les voies d’entrée et les voies dans l’anneau de manière à clarifier les mouvements dans le giratoire et faciliter la prise de décision des automobilistes souhaitant s’engager dans le giratoire.

·       Evaluer si une politique de communication et de formation permet d’influer sur le comportement des automobilistes dans le giratoire, et augmenter leur réactivité à l’entrée du giratoire pour permettre a plus de véhicules de s’insérer dans le RP1.

·       Créer des traversées piétonnes au débouché de la chaussée de Dinant, afin de sécuriser les circulations à pied entre le shopping mosan et les commerces de la rue J. Wauters.

·       Idem sur la voirie reliant les deux giratoires, en améliorant aussi les espaces piétons autour de la station de carburant et à l’entrée de la rue Jadot, pour stimuler la marche depuis la rue Jadot vers les centres commerciaux.

·       Créer de P vélo à tous les pôles commerciaux et d’arrêts de bus à proximité.

 

Il faut avouer que c'est assez pauvre voire naïf pour certaines recommandations.

15:14 |  Facebook |